Que nous le voulions ou non, la plupart d’entre nous finissent par se joindre à des clubs

Par Melody Beattie

Quelqu’un meurt et nous nous joignons au club Tu n’étais pas supposé partir et j’ai le coeur brisé. Ou le téléphone sonne et nous sommes violemment propulsés dans le club Pourquoi ai-je le cancer?… Il y a le club Je suis un individu financièrement cassé, ou encore le club du Nid vide… Nous attendons que la vie ressemble à ce qu’elle était avant, puis un jour, nous comprenons : la vie que nous connaissions est disparue. Notre vie ne sera plus jamais la même. » Dans cet ouvrage – partiellement mémoires, partiellement livre d’aide personnelle, et partiellement travail de journaliste -, Melody nous entretient au sujet de la mort, du divorce et de la toxicomanie. Elle présente des personnes qui ont vécu d’immenses chagrins. Et vous reconnaîtrez, sans aucun doute, des parties de vous-même se refléter dans les récits. « Le secret pour survivre aux pertes de la vie, révèle Beattie, repose dans le fait de partager votre histoire avec des gens qui vous écoutent, qui s’intéressent à vous et qui vous comprennent.»