Développer son potentiel

Partagez cet article!

Facebook
Google+
https://www.beliveauediteur.com/developper-son-potentiel
Twitter
LinkedIn

 

La fin d’une année est un bon moment pour faire le point et réaligner nos flûtes. Or, il est rare que l’on prenne réellement le temps de faire cet exercice correctement tant sur le plan personnel que professionnel. Et ce, pour plusieurs raisons. La plupart du temps, on se remémore les éléments clés et on souhaite surtout que la nouvelle année soit différente de la précédente sans se doter d’objectifs clairs, de moyens d’action concrets, d’indicateurs réalistes, de ressources utiles. Or, si l’on fait simplement « comme d’habitude », sans trop se poser de questions, on obtient inévitablement les mêmes résultats qu’auparavant voire pire. Est-ce ce que vous souhaitez ? Désirez-vous que 2018 soit une réplique de 2017 ou espériez-vous mieux ? Souhaitez-vous utiliser votre plein potentiel?

IPrendre un risque

Il est vrai que brosser un bilan et identifier ce que l’on souhaite accomplir ou devenir, c’est aussi accepter de prendre le risque d’échouer. On ne peut atteindre un objectif qui n’est pas clairement défini. On ne peut donc pas échouer si aucun but n’est visé… Et il y a pire encore : vous pourriez réussir ! Votre vie pourrait en être alors être transformée. Vos relations pourraient être appelées à changer et vos habitudes de vie pourraient être bouleversées.

On a, inconsciemment, souvent plus peur de ce que l’on pourrait accomplir que de nos échecs potentiels. En effet, que se passerait-il si votre salaire dépassait celui de votre partenaire de vie ou de vos parents ? Comment réagirait votre entourage si vous deveniez une personnalité publique ? Comment se comporteraient vos collègues si vous aviez la promotion tant souhaitée ? Quelle serait la réaction de votre meilleur ami si vous arrêtiez de fumer alors que l’ami fume encore ou si vous choisissiez d’aller au gym plutôt que de prendre un verre (ou plusieurs) avec cette personne ? Quand la réussite comporte des risques, nous avons tendance à l’autosabotage. Il est donc crucial de bien déterminer d’où on part et vers quoi on s’en va ! Aucun chemin n’est lisse et sans embûche.

IIQue voulez-vous vraiment?

Faire le point, ça veut dire quoi ? On fait ça comment ? Est-ce compliqué ? Ça donne quoi ? Est-ce vraiment nécessaire ? La réponse à tout cela est simple : que voulez-vous vraiment ? Voulez-vous vous laisser porter par la vie ou voulez-vous mener votre vie ? Êtes-vous pleinement satisfait ou aimeriez-vous apporter des changements ? Avez-vous envie de réaliser des rêves ou pas ? Et c’est une vraie question !

Bien des gens se plaignent de ne pas avoir l’existence qu’ils ont souhaitée, mais lorsque je les rencontre en coaching pour voir avec eux ce qu’ils veulent réellement, la plupart du temps, ils n’en ont aucune idée ! Cependant, ils spécifient qu’ils ne veulent pas travailler de longues heures, occuper un emploi qui ne les intéresse pas, supporter un patron incompétent à leurs yeux ou des collègues détestables. Bref, la liste des « ne pas » est remplie, mais celle des « je veux » est désespérément vide. Si c’est aussi votre cas, que pouvez-vous y faire ?

 

IIISphères de vie

Tout d’abord, pour mieux définir ce que vous voulez, il importe de savoir d’où vous partez. Je vous suggère donc de débuter par un bilan de votre vie selon les différentes sphères qui la composent. Voici la liste que j’utilise :

 

  • Travail : travail, développement de carrière, études
  • Sphère personnelle : amour et famille proche
  • Sphère sociale : amis, réseau social, relations, famille élargie
  • Santé : physique, psychologique, émotionnelle, alimentation, sommeil, bien-être
  • Finance : revenus, investissements, préparation à la retraite, assurances
  • Loisirs : sport, culture, technologie, bénévolat, engagement social
  • Développement de soi : connaissances, compétences, savoir-être, savoir-vivre, aptitudes, spiritualité

 

Pour chaque thème, identifiez où vous en êtes. Si vous aviez à coter chacune de ces sphères sur une échelle de 1 à 10, quelle note accorderiez-vous ? Dans quelles sphères êtes-vous le plus satisfait et dans quelles autres y voyez-vous des améliorations notables à apporter ? De quoi êtes-vous fier et qu’est-ce qui, inversement, vous donne un petit pincement au coeur ? Qu’est-ce qui correspond à ce que vous êtes au fond de vous et qu’est-ce qui n’illustre pas vraiment votre potentiel intérieur ? Quelles résolutions antérieures avez-vous laissées tomber ?

 

IVResponsabilité et culpabilité

Prenez le temps d’écrire vos réponses en toute honnêteté. Ce n’est pas un examen. Personne ne verra un traître mot de cette rédaction personnelle à part vous. Elle n’existe que pour vous. Allez-y le plus librement possible. Et surtout, évitez les jugements, la déresponsabilisation, la culpabilisation et la justification. L’idée est de faire le point, pas de trouver des excuses et encore moins de se mettre des barrières limitatives. Faites un constat, tout simplement. Décrivez ce qui vous convient et ce qui ne va pas, en utilisant le JE. Évitez les phrases qui impliquent que c’est l’autre qui est responsable de votre malheur. Par exemple, les formulations du type « Je me sens trahi… » supposent que l’autre vous a trahi. Je vous propose plutôt des formulations du genre : « Je suis insatisfait de… », « J’apprécie… », « Je voudrais changer… »

 

V- Forces et talents

Examinons désormais les ressources internes à votre disposition de même que les aspects de vous qui peuvent demander un peu d’enrobage. Tout d’abord, quels sont vos forces, vos talents, vos atouts ? En d’autres mots, en quoi êtes-vous bon ? Qu’est-ce qui vous distingue, vous rend spécial ? Oubliez la fausse modestie, ce n’est pas le moment. Et laissez tomber les habiletés que vous rêvez d’avoir un jour, mais que vous n’avez pas développées, on n’est pas là pour ça. Que disent vos amis à propos de vous ? Comment vous présenteriez-vous si vous deviez passer un entretien d’embauche ?

Qu’est-ce qui apparaît simple pour vous, mais plus ardu pour autrui ? Qu’avez-vous de la facilité à faire ? Qu’aimiez-vous faire lorsque vous étiez à l’école ? À quoi jouiez-vous enfant ? Personnellement, j’adorais écrire des histoires et faire un exposé oral sur un sujet qui me passionnait. Je suis aujourd’hui auteure et conférencière ! Mon conjoint aimait assembler des blocs Lego. Aujourd’hui, il est président d’une firme d’informatique qui assemble ses propres modèles d’ordinateurs selon les besoins et spectres demandés par les clients. C’est sur vos talents et vos aptitudes naturelles qu’il vous faut tabler. Ce ne sont pas vos défauts qui vous mèneront là où vous le souhaitez, mais bien ce qui vous distingue et vous rend unique.

 

VIFaiblesses et lacunes

Inversement, quelles sont vos lacunes? Qu’est-ce qui vous limite comme individu? En quoi vous sentez-vous ignorant, incompétent ou malhabile? Comment réagissez-vous lorsque vous êtes stressé? Quels sont les défauts qui vous ont été reprochés par votre entourage ces dernières années? Qu’est-ce qui vous tape le plus sur les nerfs chez les autres? Pourquoi cette question? Parce que l’on est habituellement très irrité par un trait que l’on a soi-même et que l’on peut avoir de la difficulté à reconnaître chez soi. Si l’on ne mise pas sur les défauts pour se mettre en valeur, alors pourquoi les énumérer ? Tout bonnement pour être conscient de leur existence.

En situation de stress, de fatigue, d’épuisement, mais aussi lorsque vous serez en dehors de votre zone de confort, ils vont réapparaître en force. Il vous faut donc les avoir déjà identifiés et avoir établi des moyens pour bien les gérer. N’attendez pas de vivre une situation difficile pour apprendre à communiquer de façon harmonieuse. Par exemple, lorsque je suis fatiguée, il m’est beaucoup plus difficile de mettre mes limites. Aussi, quand des lecteurs m’abordent de façon particulière, je demande à mon conjoint d’agir comme « agent ». Il va donc traiter pour moi quelques dossiers plus compliqués le temps que je me repose. Inversement, quand il doit traiter avec un client difficile, il m’arrive d’être sa « directrice des ressources humaines ». Ainsi donc, chacun a déterminé ses forces et les moments clés où l’aide est demandée.

 

VIIPrioriser

Ce n’est pas vos défauts qui vous feront avancer, mais plutôt vos qualités et le développement de vos talents. C’est donc sur eux qu’il faut miser. Identifiez donc les trois principales qualités et comment celles-ci s’inscrivent dans votre vie. Ensuite, pour chaque sphère de vie, déterminez votre idéal. Visualisez où en sera rendu le cheminement vers cet idéal dans un an et décrivez ce cheminement parcouru, comme s’il était déjà accompli, sur papier.

 

Par exemple, vous êtes généreuse, attentionnée et organisée et vous souhaitez perder 10 lb? Quelle habitude de vie allez-vous changer? Allez-vous faire du jogging deux à quatre fois par semaine ? Mangerez-vous tous les fruits recommandés? Allez-vous utiliser des assiettes plus petites pour mieux gérer votre appétit ? Visualisez-vous en train d’agir et voyez chaque geste posé avec fierté. Vous souhaitez mieux parler anglais? Prenez donc 15 minutes par jour pour écouter ce CD prévu à cet effet. Écoutez une chanson par semaine en anglais en lisant les paroles et prononcez les mots. Dix minutes par jour, parlez avec votre partenaire ou un collègue uniquement en anglais. Et, durant ce laps de temps, demandez à l’autre de reformuler ce que vous dites de façon incorrecte. Bref, ce sont vos petites actions mises de l’avant de façon régulière qui peuvent vous aider à avancer.

 

VIIIChoisissez des garde-fous

Pour tenir bon, utilisez des garde-fous, des gens qui vous motiveront et vous aideront. Par exemple, la personne avec qui vous pratiquez l’anglais doit connaître son rôle et l’accepter avec plaisir. Elle doit aussi être réellement bilingue et non pas baragouiner l’anglais. Ciblez des gens avec qui vous êtes à l’aise de vous confier et auprès de qui vous vous sentirez bien pour faire part de vos progrès. Personnellement, j’annonce à l’avance la date de terminaison de rédaction de mes manuscrits à la maison d’édition. Ainsi donc, je m’assure de travailler sur mes livres et de livrer au moment choisi.

 

Conclusion

Tous les trois mois, prenez le temps de faire un court bilan pour voir si vous êtes toujours aligné avec vos objectifs et, une fois par année, refaites l’exercice au complet. Votre vie risque de changer, le portrait ne sera plus le même, les objectifs vont donc changer.

 

Suggestion de lecture : Les 8 étapes vers votre potentiel infini

 

Annabelle Boyer, CRHA, M. Sc. Administration, génagogue, synergologue

https://www.facebook.com/Annabelle.Boyer.auteur/